19th Ave New York, NY 95822, USA

On connaît tous

Chaque personne qui a été aidée par Jeunesse au Soleil a une histoire, mais parfois les meilleures personnes pour raconter ces histoires sont les personnes leurs proches, comme Eugene Balangero, dont le frère Charles a pu vivre de façon autonome pendant plus de deux décennies grâce à notre aide.

Charles est un homme de 63 ans vivant avec une déficience intellectuelle légère. Il a commencé à Jeunesse au Soleil dans le cadre d’un programme d’intégration au travail, d’abord dans un stage de groupe, mais il est rapidement passé à un stage individuel. Il a ensuite été à l’emploi pour Jeunesse au Soleil pendant plus de 20 ans.

Pendant tout ce temps, Charles a fait du bénévolat pour notre programme de football où il était une présence souriante et éternellement optimiste pour des générations de joueurs. Il est maintenant à la retraite, mais il fait toujours du bénévolat à la banque alimentaire de Jeunesse au Soleil.

Le frère de Charles, Eugene, dit que le temps qu’il a passé à Jeunesse au Soleil lui a donné un sens et une direction en plus de jouer un rôle déterminant dans sa quête d’autonomie.

« Cela lui a mis de l’argent dans les poches, cela lui a permis d’avoir son propre appartement et cela lui a appris à prendre soin de lui-même dans un environnement de travail. Cela m’a certainement aidé quand il a dû aller en appartement par lui-même, bien que ma femme et moi-même le visitons quelques fois par semaine pour lui donner un peu de soutien.

– Eugène Balangero


Le frère de Charles.

Eugene, qui vit à Alexandria, en Ontario, venait souvent regarder des matchs de football au parc Jeanne-Mance, où son frère Charles faisait du bénévolat comme « water boy » pour l’équipe midget de Jeunesse au Soleil.

« Les dernières fois que j’y suis allé, il y avait des joueurs que j’avais vus peut-être 20 ans auparavant et ils disaient : « Je me souviens de toi, tu es le frère de Charlie. » Ils ne se souviennent pas de mon nom, mais ils savent qui est Charlie. Je pense que Charlie connaît probablement plus de gens que moi et qu’il a probablement plus d’amis que moi.»

Lorsque vous interrogez Charles sur ses souvenirs préférés de son séjour à Jeunesse au Soleil, il vous parlera d’un certain match de football en 2014 lorsqu’une l’équipe midget de Jeunesse du Soleil a remporté le championnat provincial par un seul botté.

« C’était la première fois en 28 ou 29 ans que nous étions enfin en mesure de battre North Shore et c’était l’un de mes matchs préférés. Je ne l’oublierai jamais.»

 

– Charles Balangero

Les programmes sportifs et récréatifs sont au cœur de la mission de Jeunesse au Soleil depuis des générations, Lorsque Sid Stevens et feu Earl de la Perralle ont fondé l’organisme il y a 67 ans, l’objectif était de fournir aux jeunes de Montréal l’accès à des activités sportives tout en redonnant à la communauté.

Eugene a entendu parler de première main de la façon dont cette mission se poursuit aujourd’hui de la part de nombreux joueurs de football qui sont venus le voir pour lui raconter leurs histoires sur leur temps à Jeunesse au Soleil parce qu’ils le reconnaissent comme le frère de Charles.

« Ils me racontent leurs histoires et à quel point ils ont réussi grâce au programme de football et aux autres programmes qu’ils ont », a-t-il déclaré.

Aujourd’hui, Jeunesse au Soleil est surtout connue pour les paniers de Noël qu’elle distribue pendant la période des Fêtes, mais elle fournit également une aide alimentaire d’urgence toute l’année. Moins connus sont ses autres programmes d’aide comme ceux qui aident les personnes dans le besoin avec les factures de chauffage et médicaux ainsi que les services d’urgence qu’il fournit pour les victimes d’incendie, d’inondation et d’autres catastrophes, parfois même aider au-delà des frontières de Montréal.

Pendant son séjour à Jeunesse au Soleil, Charles a travaillé avec les programmes de secours en cas de catastrophe et a rappelé avec fierté comment Jeunesse au Soleil s’est mobilisé pour aider les gens aussi loin que le Liban et la Nouvelle-Orléans quand ils en avaient besoin.

« Nous étions là à tout moment pour aider quand il y a une grande crise en cours », se souvient-il.

Alors que Jeunesse au Soleil se prépare pour la période des Fêtes, Charles a dit qu’il espérait que les Montréalais seraient plus généreux que jamais parce que la pandémie a été une pression sur tout le monde.

« Peut-être que d’ici décembre, il reviendra à la moitié de la normale puisque tout le monde se fait vacciner maintenant, mais c’est notre gros problème, de lancer les paniers de Noël. Cela nous aide à garder notre programme de football et nos programmes sportifs aussi, ce n’est pas seulement pour la nourriture. Nous n’aimerions pas perdre nos programmes sportifs.

« Son frère Eugène avait un message similaire. « J’espère que les gens de Montréal appuieront Jeunesse au Soleil autant qu’ils le peuvent parce qu’ils occupent définitivement une place qui doit être comblée et qu’ils font un très bon travail. »

Lire l’histoire de Fernando

Lire l’histoire d’Alexandre

Lire l’histoire de Lisa-Melanie

Lire l’histoire de Francois

Lire l’histoire de Jason et Sandie

Pourquoi donner
à Jeunesse au Soleil

Programmes sportifs
Tutorat
Camp de jour
Mentorat social
Aide aux
sinistrés
Aide aux victimes
d’actes criminels
Programmes
de médicaments
Patrouille à vélo
Jardins
communautaires

C’EST ICI QUE

VOUS
POUVEZ
AIDER

X